CFP Colloque 2023 : Pays, Pages, Paysages / Bookscapes

Colloque de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles

– SEAA 1718 – Université de Strasbourg, 13 et 14 janvier 2023  

PAYS, PAGES, PAYSAGES

BOOKSCAPES

Appel à communications / Call for papers

(Please scroll down for the English version)

Considérant, d’une part, que le développement de l’imprimerie et l’expansion de l’imprimé à travers le monde occidental contribuent à façonner les représentations du monde connu et inconnu, et d’autre part, que les métaphores géographiques structurent la pensée discursive (Baron), l’objet de ce colloque, ouvert à toutes les sensibilités des domaines de recherche représentés dans la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, consistera à réfléchir aux interactions entre les discours sous leurs différentes formes livresques (traités, récits de voyages, dessins, traités, œuvres littéraires, œuvres d’art…) et les territoires et paysages. Le monde anglophone, en pleine expansion, est aussi, à cette période, en pleine réinvention. Il s’agit à de nombreux égards d’une période-pivot ; qu’on y voie, au niveau archéologique, un changement d’épistémè (Foucault), ou, au niveau anthropologique, le passage d’une ontologie à une autre (Descola), cette période pourrait bien être le moment d’un « grand partage », d’une opération de répartition fondamentale entre sujet et objet (Latour), entre culture et nature, incarnée par le développement sans précédent de la peinture de paysage—mais c’est le livre qui sera ici au centre des investigations.

On pourra étudier :

– la mise en récit et l’historiographie de la découverte par les voyageurs et explorateurs anglo-saxons (les « legenda », cf Foucault, ou encore l’œuvre d’Alain Corbin et son utilisation des textes littéraires), de nouvelles régions et cultures du monde (cf Claval 1992), les récits de contact entre cultures, de façon fantasmatique à la manière de John Donne (« O my America ! my new-found land » [« To his Mistress Going to Bed »]) ou de façon plus raisonnée à la manière de St Jean de Crèvecoeur ou de Gilbert Imlay (The Emigrants, 1793), et la manière de donner la parole à l’Autre (subaltern studies), la délimitation de futurs « lieux de mémoire » (Nora) ; en somme les différentes formes de territorialisation, ainsi que de déterritorialisation qui en sont parfois l’envers, entre autres du point de vue de l’exil ou de l’exilé ;

– les interactions entre paysage et littérature, par exemple selon une perspective écocritique (cf l’influence de l’œuvre de Wordsworth sur la création du Lake District) ; les modalités de lectures d’un pays ou d’un paysage : par la marche (Gros, Le Breton), la poésie topographique (topographical / loco-descriptive poetry), et donc les descriptions de paysages de campagne, de paysages urbains (townscapes) ou célestes (skyscapes), en littérature (Londres dans Moll Flanders, Bath dans Humphry Clinker…) et dans les traités d’esthétique (à la manière des écrits de Gilpin sur le pittoresque) ; la poétique des toponymes, l’ekphrasis, la stylisation littéraire comme équivalent métaphorique du travail qu’effectue la carte anamorphique d’un territoire ; les traités sur l’art, l’art des jardins , et de façon générale la géopoétique et l’artialisation du monde (Roger), dans la mesure où poétiser un paysage, le mettre en discours, c’est l’interpréter ;

– l’espace du livre lui-même, ouvert aux expériences typographiques et illustratives (Herbert, Sterne, Blake…), la génétique des textes, qui offrent une métaphore topographique au palimpseste d’un texte, l’ancrage, l’encrage voire l’« æncrage » (pour reprendre le néologisme de Bernard Magné à propos du Pérec d’Espèces d’espaces), les lieux de production de livres (Raven), en somme les différentes formes d’« espaces littéraires » (Blanchot).

-la circulation du livre, quelles que soient ses formes, qui contribue à façonner l’espace, qu’il s’agisse de son utilisation comme élément d’ameublement (Jeffrey Todd Knight), de son inscription économique dans l’espace urbain (James Raven), ou de l’impact de son contenu sur les manières de concevoir et de parcourir le monde.

Les propositions seront à adresser pour le 15 juin 2022 à Jean-Jacques Chardin (chardin@unistra.fr), Hélène Ibata (hibata@unistra.fr) et Yann Tholoniat (Yann.Tholoniat@univ-lorraine.fr)

Comité scientifique Colloque Annuel SEAA XVII-XVIII

Dana Arnold, PR University of East Anglia (RU)

Matthias Bauer, PR Eberhard Karls Universität, Tübingen (Allemagne)

Monica Chesniou, PR Ovidius University Constanta (Roumanie)

Anna Maria Cimitile, PR Università L’Orientale Naples (Italie)

Lianne Habinek, Lecturer Massachusetts Institute of Technology, Cambridge (EU)

Jan Hillgärtner PR University of St Andrews (RU)

Shankar Raman, PR Massachusetts Institute of Technology, Cambridge (EU)

Kate Retford, PR Birbeck College, University of London (RU)

William Slauter, PR Sorbonne Université (France)

Bertrand Van Ruymbeke, PR Université Paris VIII (France)

Angelika Zirker, PR Eberhard Karls Universität, Tübingen (Allemagne)

Bibliographie

BARIDON, Michel. Les jardins. Paysagistes, jardiniers, poètes. Robert Laffont, Paris, 1998.

BARON, Christine. « Littérature et géographie : lieux, espaces, paysages et écritures », dans Fabula-LhT, n° 8, « Le Partage des disciplines », dir. Nathalie Kremer, mai 2011, URL : http://www.fabula.org/lht/8/baron.html.

BLANCHOT, Maurice. L’espace littéraire. Paris, Gallimard, 1995.

BROTTON, Jerry. A History of the World in Twelve Maps. London, Penguin, 2013.  

CLAVAL, Paul. La conquête de l’espace américain. Du Mayflower à Disneyworld. Paris, Flammarion, 1992.

CLAVAL, Paul. Histoire de la géographie. Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

DESCOLA, Philippe. Par-delà nature et culture. Paris, Gallimard, 2005.

FOUCAULT, Michel. Les mots et les choses. Paris, Gallimard,

GRIGSON, Geoffrey. Poems & Places. (London, Faber, 1980).

GROS, Frédéric. Marcher, une philosophie. Paris, Flammarion, 2011.

IMLAY, Gilbert. The Emigrants. London, Penguin, 1998. [1793]

KNIGHT, Jeffrey Todd. “‘Furnished’ for Action: Renaissance Books as Furniture.” Book History 12 (2009), 37-73.

LATOUR, Bruno, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique. Paris, La Découverte, 2015.

LE BRETON, David. Marcher, éloge des chemins de lenteur. Paris, Métailié, 2012.

MAGNÉ, Barnard. Saint Jérôme mode d’emploi, Cahiers Georges Perec no 6, Seuil, 1996, p. 91-112.

MAGUIRE, Laurie. The Rhetoric of the Page. Oxford, Oxford University Press, 2020.

MAK, Bonnie. How the Page Matters. Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 2011.

MARTINET, Marie-Madeleine (éd.). Art et nature en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, Paris, Aubier, 1980.

NORA, Pierre (éd.). Les Lieux de Mémoire. Paris, Gallimard, 1984-1992.

OGÉE, Frédéric. « ’A Work to wonder at’ : essence et existence du ‘jardin-paysage’ anglais ». Études Anglaises, n° 4 (2000) 428-441.

PÉREC, Georges. Espèces d’espaces. Paris, Galilée, 1974.

RAVEN, James. Bookscape: Geographies of Printing and Publishing in London before 1800. London, The British Library, 2014.

ROGER, Alain. Court traité du paysage. Paris, Gallimard, 1997.

WILLIAMS, R. (1977) : « Plaisantes perspectives. Invention du paysage et abolition du paysan », pp 29-36 in Actes de la recherche en sciences sociales, 17-18 / novembre 1977.

*

**

Considering, on the one hand, that the development of printing and the spread of the printed word across the Western world contributed to shaping representations of the known and unknown world, and secondly, that geographical metaphors structure discursive thought (Baron), this conference open to all the research fields represented in SEAA XVII-XVIII (Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles) aims to reflect on the interactions between discourses in various book forms (treatises, travelogues, drawings, literary works, works of art…) and the territories and landscapes they evoke. In full expansion at that time, the English-speaking world was also being reinvented. In many respects, the 17th and 18th centuries were a pivotal period; whether we see it as a change of episteme at the archaeological level (Foucault), or as the passage from one ontology to another at the anthropological level (Descola), it could well be seen as the time of a ‘great divide’ when an operation of fundamental redistribution between subject and object (Latour), and between culture and nature, is taking place–embodied for instance in the unprecedented development of landscape painting. But it is the book that will be the focus of investigation here.

The following topics may be studied:

  • the narration and historiography of the discovery of new regions and cultures of the world (cf. Claval 1992) by Anglo-Saxon travellers and explorers (the ‘legenda’, cf. Foucault, or the work of Alain Corbin and his use of literary texts); narratives of contact between cultures, in the fantastical manner of John Donne (‘O my America! my new-found land’, [‘To his Mistress Going to Bed’]) or in the more reasoned manner of St Jean de Crèvecœur or Gilbert Imlay (The Emigrants, 1793), and the way of giving voice to the Other (subaltern studies); the delineation of future ‘places of memory’ (Nora); in short, the different forms of territorialization, as well as deterritorialization which they sometimes entail, among others, from the point of view of exile or the exiled.
  • the interactions between landscape and literature, for example from an ecocritical perspective (cf. the influence of Wordsworth on the creation of the Lake District); the ways in which a country or a landscape can be read: through walking (Gros, Le Breton), topographical / loco-descriptive poetry, and thus descriptions of countryside, townscapes or skyscapes, in literature (London in Moll Flanders, Bath in Humphry Clinker…) and in aesthetic treatises (in the manner of Gilpin’s writing on the picturesque); the poetics of toponyms, ekphrasis, literary stylisation as the metaphorical equivalent of the work done by the anamorphic map of a territory; treatises on art, the art of landscape gardening, and in general geopoetics and the artialisation of the world (Roger), insofar as poetising a landscape and putting it into discourse means interpreting it.

– the space of the book itself, open to typographic and illustrative experiments (Herbert, Sterne, Blake…); the genetics of texts, which offer a topographical metaphor for the palimpsest of a text; anchoring, inking or even ‘æncrage’ (to use Bernard Magné’s neologism for Pérec’s Espèces d’espaces); the places where books are produced (Raven), in short, the different forms of ‘literary spaces’ (Blanchot);

– the circulation of books, in all its forms, which contributes to the shaping of space, whether it be their use as pieces of furniture (Jeffrey Todd Knight), their economic inscription in urban spaces (James Raven), or the impact of their content on the ways in which the world is conceived and travelled.

Proposals should be sent to Jean-Jacques Chardin (chardin@unistra.fr), Hélène Ibata (hibata@unistra.fr) and Yann Tholoniat (Yann.Tholoniat@univ-lorraine.fr) by June 15th 2022.

SEAA1718 Annual Conference Organising Committee

Dana Arnold, PR University of East Anglia (RU)

Matthias Bauer, PR Eberhard Karls Universität, Tübingen (Allemagne)

Monica Chesniou, PR Ovidius University Constanta (Roumanie)

Anna Maria Cimitile, PR Università L’Orientale Naples (Italie)

Lianne Habinek, Lecturer Massachusetts Institute of Technology, Cambridge (EU)

Jan Hillgärtner PR University of St Andrews (RU)

Shankar Raman, PR Massachusetts Institute of Technology, Cambridge (EU)

Kate Retford, PR Birbeck College, University of London (RU)

William Slauter, PR Sorbonne Université (France)

Bertrand Van Ruymbeke, PR Université Paris VIII (France)

Angelika Zirker, PR Eberhard Karls Universität, Tübingen (Allemagne)

References:

BARIDON, Michel. Les jardins. Paysagistes, jardiniers, poètes. Robert Laffont, Paris, 1998.

BARON, Christine. « Littérature et géographie : lieux, espaces, paysages et écritures », dans Fabula-LhT, n° 8, « Le Partage des disciplines », dir. Nathalie Kremer, mai 2011, URL : http://www.fabula.org/lht/8/baron.html.

BLANCHOT, Maurice. L’espace littéraire. Paris, Gallimard, 1995.

BROTTON, Jerry. A History of the World in Twelve Maps. London, Penguin, 2013.  

CLAVAL, Paul. La conquête de l’espace américain. Du Mayflower à Disneyworld. Paris, Flammarion, 1992.

CLAVAL, Paul. Histoire de la géographie. Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

DESCOLA, Philippe. Par-delà nature et culture. Paris, Gallimard, 2005.

FOUCAULT, Michel. Les mots et les choses. Paris, Gallimard,

GRIGSON, Geoffrey. Poems & Places. (London, Faber, 1980).

GROS, Frédéric. Marcher, une philosophie. Paris, Flammarion, 2011.

IMLAY, Gilbert. The Emigrants. London, Penguin, 1998. [1793]

KNIGHT, Jeffrey Todd. “‘Furnished’ for Action: Renaissance Books as Furniture.” Book History 12 (2009), 37-73.

LATOUR, Bruno, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique. Paris, La Découverte, 2015.

LE BRETON, David. Marcher, éloge des chemins de lenteur. Paris, Métailié, 2012.

MAGNÉ, Barnard. Saint Jérôme mode d’emploi, Cahiers Georges Perec no 6, Seuil, 1996, p. 91-112.

MAGUIRE, Laurie. The Rhetoric of the Page. Oxford, Oxford University Press, 2020.

MAK, Bonnie. How the Page Matters. Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 2011.

MARTINET, Marie-Madeleine (éd.). Art et nature en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, Paris, Aubier, 1980.

NORA, Pierre (éd.). Les Lieux de Mémoire. Paris, Gallimard, 1984-1992.

OGÉE, Frédéric. « ’A Work to wonder at’ : essence et existence du ‘jardin-paysage’ anglais ». Études Anglaises, n° 4 (2000) 428-441.

PÉREC, Georges. Espèces d’espaces. Paris, Galilée, 1974.

RAVEN, James. Bookscape: Geographies of Printing and Publishing in London before 1800. London, The British Library, 2014.

ROGER, Alain. Court traité du paysage. Paris, Gallimard, 1997.

WILLIAMS, R. (1977) : « Plaisantes perspectives. Invention du paysage et abolition du paysan », pp 29-36 in Actes de la recherche en sciences sociales, 17-18 / novembre 1977.

Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe Siècles